Headlines:

The Canadian Jeiwsh News

Friday, August 1, 2014

Member Login:

Neev, un humoriste de grand talent

Tags: Arts
Comments
Neev Bensimhon

Neev Bensimhon a suivi au pied de la lettre le conseil amical et avisé que le célèbre humoriste franco-marocain Gad Elmaleh lui a prodigué, via le Canadian Jewish News, lors sa parti­ci­pa­tion au Festival Sépharade de Montréal 2009.

Neev avait alors présenté en première partie du spectacle que Gad Elmaleh a donné au Théâtre Saint-Denis dans le cadre du Festival Sépharade de Montréal 2009 un sketch hilarant et très perspicace sur les Accommodements raisonnables au Québec.

La superbe performance scénique de Neev avait fortement captivé et fait rire aux larmes les quelque 3000 personnes présentes ce soir-là au Théâtre Saint-Denis.

Le plus célèbre humoriste de France et de la Franco­phonie, Gad Elmaleh, avait alors confié au Canadian Jewish News ses impressions sur les débuts artistiques de ce jeune humoriste Sépharade -entrevue publiée dans l’édition du Canadian Jewish News du 25 février 2010.

“Lorsque Neev a fait son entrée sur la scène du Théâtre Saint-Denis, il s’est présenté au public avec une belle prestance. Dès les premiers éclats de rire dans l’assistance, je me suis dit: voici un vrai humoriste. Neev a beaucoup de choses à dire sur scène. Dès qu’il apparaît, on a envie de l’aimer. Il propage de la tendresse et a une observation aiguë des réalités de la vie. Sa grande qualité artististique est sa capacité à entrer immédiatement en contact avec le public. Je lui souhaite le succès qu’il mérite. Je garderai toujours un oeil sur lui. Je veux lui donner un conseil très amical: “Neev, tout ça est superbe, mais c’est un minimum pour faire ce métier. Allez mon ami, maintenant mets-toi au boulot! C’est le plus important!”, nous avait dit Gad Elmaleh en entrevue.

Depuis, Neev a fait un sacré bout de chemin.

Sa prestation très remarquée au  populaire Festival d’humour montréalais Zoofest, où il a présenté, à guichets fermés, du 5 au 28 juillet dernier, son nouveau spectacle, 60 minutes avec Neev, a été encensée par tous les médias montréalais.

Son sketch sur les Accomodements raisonnables québécois, qu’il avait présenté en 2009 en première partie du spectacle de Gad Elmaleh, a fait de nouveau un tabac auprès du public présent au Théâtre du Monument-National.

Campant avec brio un aéropage de personnages excentriques à la verve très colorée -il imite leurs accents très pointus: québécois pure laine, haïtien, noir africain,  juif marocain, marocain musulman…- avec une aisance épou­stou­flante-,  Neev aborde frontalement et avec truculence l’épineuse question du malaise identitaire des Québécois.

La prestation de Neev dans le cadre du Festival Zoofest a été particulièrement appréciée par le critique arti­stique du journal La Presse, Éric Clément.

“L’humoriste Neev, avec son accent sépharade rempli de soleil, a mis le public dans sa poche, au Studio Hydro-Québec du Monument-National, avec ses histoires simples sur sa vie de Montréalais fils de Juifs marocains. Des anecdotes du quotidien pleines de tendresse, d’auto­déri­sion et d’intelligence. Neev est à son meilleur quand il imite un Africain, un cocaïnomane Colombien, un Libanais, un homosexuel Mexicain ou un chauffeur Haïtien. Après avoir présenté le numéro sur le multiculturalisme qu’il avait déjà fait en première de Gad Elmaleh (son premier gros succès en 2009), il a rappelé avec sa guitare et une toune de Bob Marley qu’il a déjà été musicien dans un groupe… pour plaire aux femmes.

Quelques notes de musique plus tard, il évoquait un voyage en Jamaïque où il a rencontré des “épiciers” sur la plage qui vendaient “des herbes de Provence”! Puis, il a tapé un peu, mais pas trop, sur les Américains en vacances sur cette île des Caraïbes. La fille de la Caroline du Nord qui lui disait adorer l’Europe quand il lui avait soufflé qu’il venait de Montréal! Avant de reprendre sa guitare et de se lancer dans un blues pas piqué des vers pour conclure sa performance, saluée debout. Bon show de Neev. Beaucoup de charme et de talent. Oui, Neev, un gros, gros talent”, a écrit Éric Clément dans sa critique publiée dans le journal La Presse du 5 juillet 2012.

Au cours d’une entrevue qu’il nous a accordée quelques semaines après nous avoir impressionnés en première partie du spectacle que Gad Elmaleh a présenté dans le cadre du Festival Sépharade de Montréal 2009 -The Canadian Jewish News du 25 février 2010-, Neev relata la genèse de ce sketch désopilant.

“J’ai écrit ce sketch sur les Accommodements raisonnables québécois en m’inspirant d’une expérience réelle que j’ai vécue quand j’ai travaillé comme vendeur de téléphones cellulaires dans un Kiosque localisé dans un  grand Centre d’achat montréalais. Évidemment, j’ai fortement caricaturé les personnages de ce sketch. Mais, j’ai dépeint fidèlement, en grossissant le trait, le malaise que ces Québécois de diverses origines ethniques ­éprouvent par rapport au débat houleux sur les pratiques d’Accommodements raisonnables. C’est un thème d’une brûlante actualité qui interpelle fortement tous les Québécois, peu importe leurs origines culturelles ou religieuses”, nous avait-il dit.

Bien qu’il ait “toujours fait le clown”, rien ne prédisposait Neev à faire un jour de l’humour sur scène. Son grand dada a toujours été la musique, un créneau artistique où il excelle depuis son adolescence. ­Musicien -il est un guitariste chevronné-, auteur-compositeur et chanteur de mélopées rock empreintes de mélodies orientales, Neev est un habitué des scènes musicales. Il participe chaque année à plusieurs Festivals de Musique: le Festival Nuits d’Afrique, le Festival de Beloeil… Il a participé aussi  plusieurs fois aux manifestations musicales organisées par le Festival Sépharade de Montréal.

Cet hiver, entouré par plusieurs humoristes très talentueux issus des Communautés culturelles mont­réa­laises, Neev a concocté un superbe spectacle d’humour, Tajine de Rires!, qui fut présenté à guichets fermés au Club Soda. Cet événement a été organisé par l’Association judéo-musulmane marocaine Mémoires & Dialogue.

Au cours de l’entrevue qu’il nous a accordée en 2010, Neev nous a fait part de son regret que la Communauté sépharade soit toujours “très conventionnelle” avec ses jeunes, surtout quand ces derniers doivent faire un choix de carrière professionnelle.

“Quand je dis à des adultes Sépharades que j’étudie la Philosophie et les Sciences humaines à l’Université, ils me rétorquent sans la moindre gêne: “Tu es cinglé! Tu dois être pété de la tête! À quoi va te servir dans la vie une discipline aussi merdique!” Je leur réponds, avec une pointe d’ironie, que je suis sûr que quelqu’un qui fait des études en Sciences ou en Ingénierie ne peut pas écrire ou ana­lyser un texte de Philosophie ou de Sociologie! Il est temps de réaliser que dans la vie “lucratif” n’est pas synonyme de “bonheur”! J’ai des amis Comptables Agréés (C.A.) ou avocats qui quand ils rentrent  chez eux le soir après le travail ont envie de se pendre! Moi, je me considère, sans être prétentieux, comme un esprit libre. Je n’aime pas qu’on m’impose quelque chose parce que c’est conventionnel. Si je ne veux pas faire quelque chose, pourquoi le faire? C’est vrai que ni la Philo ni la Musique ne sont des disciplines conventionnelles. Mais, c’est ce qui m’allume! Je me dis que travailler de 9 à 5, je pourrais le faire toute ma vie. Beaucoup de jeunes Sépharades sont très étouffés par des règles et des conventions absurdes en vigueur dans notre Communauté.”

Sacré Neev! On ne peut que te sou­haiter que tu continues à être aussi “allumé” encore pendant de longues années!

Montrealer Neev Bensimhon, an up-and-coming comedian and musician, won rave reviews for his new show, 60 minutes avec Neev, at Zoofest last month.

© 2014 - CJNEWS.COM, all rights reserved.