Headlines:

The Canadian Jeiwsh News

Thursday, November 20, 2014

Member Login:

Le Festival du Cinéma israélien de Montréal

Tags: Arts
Comments

Footnote, le nouveau film du réputé cinéaste Israélien Joseph Cedar, réalisateur en 2008 du très remarqué et encensé film Beaufort, relatant les péripéties d’un groupe de jeunes soldats de Tsahal durant la Guerre du Liban de 1982, sera présenté en première canadienne dans le cadre du 7ème Festival du Cinéma israélien de Mont­réal.

Footnote était en lice pour l’Oscar 2012 du meilleur film étranger.

Organisé depuis 2006 par la Communauté sépharade unifiée du Québec, le Festival du Cinéma israélien de Mont­réal aura lieu du 11 au 22 mars au Cinéma du Parc -3575 Avenue du Parc- et au Cinéma Space du Centre Segal -5170 chemin de la Côte Sainte-Catherine- (voir le Programme complet de ce Festival sur le Site Web www.fcim.ca).

24 films -longs et courts métrages- et documentaires seront présentés lors de ce Festival dédié au 7ème Art israélien.

La singularité de ce Rendez-vous annuel des cinéphiles Montréalais friands de découvrir les oeuvres les plus récentes de cinéastes Israéliens très talentueux: l’excellence de la Programmation proposée et le fait que tous les films présentés sont sous-titrés en français.

“Nous allons présenter cette année, en grande primeur nord-américaine, des films d’une très grande qualité mettant de l’avant la diversité et la richesse de création du Cinéma israélien de ces dernières années. Plu­sieurs de ces films ont été primés récemment dans de prestigieux Festivals de Cinéma internatio­naux. Les cinéphiles seront comblés cette année. Plusieurs genres de films seront à l’affiche: drames, comédies, thrillers psychologiques, polars… Le principal but du Festival du Cinéma israélien de Mont­réal est de montrer Israël sous son vrai visage: un pays hétéroclite et profondément humain, où cohabitent des gens ordinaires de toutes les origines ethniques qui pleurent, qui rient, qui chantent, qui vivent de belles histoires d’amour et aussi des drames existentiels effro­yables. Aujourd’hui, des jeunes ciné­astes Israéliens posent un regard icono­claste, et souvent décapant, sur leur société à travers des oeuvres puissantes qui nous incitent à la réflexion, à l’échange et au partage. Leurs films percutants donnent libre cours à une pensée plurielle”, ­explique en entrevue l’une des principales orga­ni­sa­trices du Festival du Cinéma israélien de Mont­réal, Brigitte Danino, Directrice du Département culturel de la Communauté sépharade unifiée du Québec et du Festival Séfarad de Mont­réal.

En ces temps économiques ardus, organiser à Montréal un Festival dédié au Cinéma israélien, c’est certainement une grande gageure.

“C’est un beau et grand défi que nous nous escrimons à relever avec beaucoup d’enthousiasme. Ce qui nous motive beaucoup depuis 2006, année où a eu lieu la 1ère Édition de ce Festival, c’est la réponse très positive des nombreux cinéphiles Mont­réa­lais, qui rem­plissent chaque soir, durant une dizaine de jours, les Salles où sont projetés ces films israéliens très tonifiants. Ce Projet n’aurait jamais pu se concrétiser sans l’implication très efficace et dévouée de Charles Zrihen, fondateur et Président du Festival du Cinéma israélien de Paris. Charles Zrihen négocie chaque année l’obtention des droits de diffusion des films israéliens les plus récents pour le marché français. C’est une tâche très ardue. Ce fin connaisseur du Cinéma israélien concocte avec nous la Programmation mont­réa­laise de ce Festival du Cinéma israélien”, précise Brigitte Danino.

Parallèlement aux films qui seront présentés en Soirée au Cinéma du Parc, le Cinéma Space du Centre Segal accueillera aussi de nombreux ciné­philes les Midis -entrée gratuite-, pour visionner des courts métrages réalisés par des élèves des Écoles de Cinéma d’Israël les plus renommées, et en Soirée, pour la présentation de documentaires à thèmes politiques, sociaux et culturels.

En collaboration avec le Festival du Cinéma israélien de Mont­réal, la Fondation de Jérusalem du Canada décernera de nouveau cette année son Prix du Film d’Étudiants de Jéru­sa­­lem, qui a pour but de récompenser et faire connaître les oeuvres des élèves de plusieurs Institutions aca­dé­miques israéliennes spécialisées dans les domaines des Communications, des Arts, du Cinéma et de la Télévision. Les deux lauréats de l’Édition 2012 de ce Prix, Noam Keidar, étudiant à l’École de Télévision, de Films et d’Art Ma’aleh, primé pour son film Parsley, et Noa Gusakov, étudiant à l’École Sam Spiegel de Films et de Télévision, primé pour son film Walking Up, présenteront leurs créations respectives lors de la Première du Festival du Cinéma israélien de Montréal, le dimanche 11 mars, à 19h, au Cinéma du Parc.

Deux moments forts de ce 7ème Festival du Cinéma israélien. Le 15 mars, à 21h, au Cinéma du Parc: la rencontre avec le jeune cinéaste marocain Kamal Hachkar, auteur d’un film documentaire très poignant relatant l’Histoire des Juifs de Tinghir, un village situé dans la Région de Ouarzazat, dans l’Atlas marocain, et leur départ précipité vers Israël en 1964. La Clôture de ce Festival, le 22 mars, à 19h, au Cinéma du Parc: en première nord-américaine, le film de Thierry Benisti, Une bouteille à la mer, basé sur le roman du même titre de Valérie Zenatti. Ce film bouleversant évoque le conflit israélo-palestinien à travers les yeux de deux adolescents, une Israélienne et un Palestinien, qui dialoguent par e-mails sans s’être jamais vus. Une rencontre avec Thierry Benisti suivra la projection de ce film.

The 7th Festival du Cinéma israélien de Montréal will take place March 11 to 22 at the cinéma du Parc and the Segal Centre’s Cinema Space.

© 2014 - CJNEWS.COM, all rights reserved.